KARIM.BEST
photo profile KARIM.BEST 45 Posts
statut KARIM.BEST Influencer
biography
Karim BESANÇON
✌︎ Technologeek
👨🏽‍💻 Beta tester/Bêta testeur
In english et en français. Of course!
social medias
share
August 29, 2019

🇺🇸 🇬🇧
Yes, French touch made it again. And it’s awesome. Justice gives a high level opera live. Without public.

It begins with an artistic care: the duo wants a good quality video on live. Anything video recorded suits. Public’s smartphones is full of energy. But Gaspard Augé et Xavier De Rosnay imagine a more achieved project. Based on 1973 Pink Floyd’s live concert in ancien roman amphitheater without public, the Iris show is born. The singular concept: assemble a cinema team and make a show in a neutral space to broadcast it once in cinemas around the world.

It starts with a documentary and the making of. We think that the show stars at first, and it’s confusing. During 20 minutes, the duo, the directors André Chemetoff & Armand Beraud, the visual designer Vincent Lérisson explain how it’s made. It’s a great idea to talk about it, we learn the details of the teamwork to enjoy more.

Then the live of 1 hour: this is a big hit! Justice’s fans know how much the band loves to work their tracks, mix their albums, get the music’s quality right. As the sounds, the pictures are excellents. What a pharaonic show! What a huge performance! A black lacquered floor, a leading stage adorned with electronics machines, sports lights and a mechanical machinery with LED displays. In a total immersion the big cinema’s display gives fantastic and deep shots, the sound system is pushed to the limit. The production is new with an awesome power. We are in a world made of sci fi’s masterpieces, on the Milky Way with redesigned constellations. The part of the song Stress (track that I usually dislike) is a proof of the outstanding work done. Be mesmerized by the red visuals reflected on the floor, the shots in rotation which pulse the beat of the music.

This is the best musical preformance I’ve ever seen at the cinema. It’s a delight for eyes and ears. The unique broadcast at the same time around the world is a major event with prestigious makes.

Be careful if you are sensitive: the pictures are powerful of lights and flashes, it’s not recommended for persons with epilepsy. After 1 hour we want more but the ears are too involved.

What about to pull this project to everybody…

🇫🇷
Le french touch a encore frappé. Et fort. Justice a offert un live opera de haute volée. Et sans public.

Tout commence par un soucis artistique: le duo recherche un rendu de qualité sur les vidéos-concerts. Rien de ce qu’il a pu être enregistré en tournée ne convient. L’approche visuelle des smartphones du public est interessant pour énergie qu’elle dégage. Mais Gaspard Augé et Xavier De Rosnay imaginent un projet plus abouti. Inspiré des Pink Floyd en 1973 et leur concert sans public dans un amphithéâtre antique romain, le spectacle Iris nait. Le concept singulier: réunir une équipe de cinéma et se produire dans un endroit neutre pour une diffusion unique à travers le monde dans des salles obscures.

Le tout démarre par un documentaire making of de la prestation. C’est un peu déroutant au premier abord car on s’attend à entrer dans le vif du sujet. Au fil de ces 20 min, le duo, les réalisateurs André Chemetoff & Armand Beraud, le concepteur visuel Vincent Lérisson expliquent comment est monté le show. C’est une bonne idée de commencer par cette partie qui permet de se rendre compte du travail fourni de l’équipe complète et en profiter pleinement.

Ensuite un concert d’une heure: et là c’est la grosse claque! Les fans de Justice savent à quel point le groupe aime travailler ses morceaux, mélanger les albums, peaufiner la qualité musicale. Il en va de même avec l’image. C’est un spectacle pharaonique, une prestation monumentale! Un sol noir laqué, une scène centrale ornée des machines électroniques, des spots lumineux et une machinerie mécaniques d’écrans led. L’immersion est totale: l’écran géant du cinéma offre des plans magnifiques et intenses, le système son est poussé à son paroxysme. C’est inédit, d’une puissante inouïe. On se laisse entrainer dans un monde qui tutoie les chefs d’oeuvres du cinéma de science fiction avec des passages envoyés dans la voie lactée, des constellations redessinées. La partie de « Stress » (qui est loin d’être mon morceau préféré de Justice) est la preuve du travail remarquable techniquement. On est scotché dans son siège par son intensité, digne des pures images cinématographiques des chefs d’oeuvre avec ses effets de lumières, ses prises de vues de caméra en rotation, les reflets des images rouges sur le sol.

C’est réellement la plus belle prestation musicale que j’ai pu voir au cinéma. Un régal pour les yeux et les oreilles. Le fait de le voir à séance unique à travers le monde et en simultanée approche un certain prestige.

Attention aux âmes sensibles: les images sont très fortes en lumières et flashs, je déconseille aux personnes épileptiques. On a encore envie de continuer de profiter au bout d’une heure mais les oreilles sont très sollicitées.

A savoir si un jour le projet sera diffusé à plus grande échelle…